Le ByeBye 2017. Quand l’humour contribue à la stigmatisation.

Autodérision, humour et tradition. Trois adjectifs qui décrivent très bien les ByeBye. À chaque 31 décembre, les familles Québécoises célèbrent la fin de l’année en se dilatant la rate devant leurs écrans télévisés. J’attends souvent cette heure avec impatience comme plusieurs d’ailleurs. Le ByeBye ne m’a pas déçu. Pour être honnête, ça faisait longtemps que je n’avais pas autant ri. Les performances des acteurs ont surpassé mes attentes et leurs impressions étaient excellentes. J’ai même perçu, à quelques reprises,  l’essence des ByeBye de ma jeunesse qui se faisaient sur scène.

Notre revue du ByeBye 2017

Néanmoins, un goût amer m’apparaissait régulièrement à l’écoute des différents sketchs de l’émission. Une question me revenait fréquemment à l’esprit : pourquoi faire autant de références dégradantes face aux maladies mentales?

Je comprends très bien que les comportements de certaines personnalités publiques au cours de l’année ont été ridicules. Je comprends aussi que l’humour et l’autodérision sont des processus humain importants. Cependant, les mêmes questions que je me pose régulièrement reviennent.

Pourquoi est-ce correct d’utiliser les maladies mentales pour abecquer la création? 

Depuis quand la souffrance des gens est synonyme d’humour?

Pourquoi est-ce acceptable de rire de la maladie mentale mais que de rire de la maladie physique ne l’est pas?

Au Québec seulement, 20% de la population sera touchée par la maladie mentale.

Avez-vous déjà vu des sketchs d’humour et de généralisation à propos du cancer ou de la sclérose en plaques? Bien sûr que non. Ce serait bien trop méchant et insensible n’est-ce pas? Et si nous utilisions l’alopécie d’un ministre ou la pâleur de sa peau pour expliquer ses mauvaises décisions en faisant un lien avec le cancer, est-ce que ce serait drôle? De rire ouvertement des personnes qui sont atteintes de diabète, d’insuffisance cardiaque ou du VIH ce serait inadmissible non? Alors pourquoi le faire avec les maladies mentales!

La schizophrénie, le délire psychotique et le potentiel trouble de la personnalité de Joanie ne sont pas des références acceptables pour faire rire les gens. L’enthousiasme de Valérie Plante ne devrait pas être caricaturé par la folie non plus. Le suicide quant à lui, ne devrait pas être banalisé dans un numéro.

Dans le monde, 1 personne s’enlève la vie à chaque 40 secondes.

content

Je crois fermement que la maladie mentale n’a plus sa place en humour lorsqu’elle est mal utlisée. Ce genre de blague contribue à l’incompréhension, aux fausses croyances ainsi qu’aux jugements. Elles mettent un frein à la lutte contre la stigmatisation et malheureusement, renforcent la peur de demander de l’aide chez les personnes qui en ont de besoin. À tous les jours, je vois des gens qui n’osent pas parler ouvertement de leur maladie par peur des répercussions. Je vois des humains souffrir en silence parce que leur famille, leurs amis ainsi que leurs collègues et patrons, ont des préjugés.

Pourtant, la maladie mentale est bel et bien une maladie physique. C’est déplorable en fait d’utiliser la maladie pour notre plaisir. Le rire devrait seulement contribuer à améliorer notre santé. Il est temps de le mettre aux oubliettes lorsqu’il est question de stigmatisation.

2 personnes sur 3 ne cherchent pas d’aide en raison de la stigmatisation entourant les maladies mentales.

Chère équipe du ByeBye, malgré vos talents et votre excellent travail, je vous invite à revoir vos inspirations pour l’année prochaine. La maladie mentale n’est pas drôle et ce, même si le public ris. À vous tous, je vous invite à vous responsabiliser.  De plus, informez-vous et surtout, brisez vos préjugés. Finalement, à tous ceux qui vivent avec la maladie mentale, je vous invite à partager cet article. En unissant nos forces et en luttant contre le stigma tous ensemble, nous pourrons vivre dans un monde où la maladie mentale me sera plus tabou.

Seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin. Bonne année!

Émélie

ByeBye 2017 - Lutter contre la stigmatisation : Auteure Émelie, guerrière de la santé mentale.

12 thoughts on “Le ByeBye 2017. Quand l’humour contribue à la stigmatisation.

  1. On peut-tu juste rire?

    J’ai vu bien des gens (des membres de ma famille surtout) vivre avec la maladie mentale et plus d’un proche (dont mon père) s’est enlevé la vie.

    Je sais plus que bien des gens qu’on a juste besoin de rire. On peut-tu? Sans pousser l’analyse; une petite fois par année, juste relaxer pis rire?

    1. Bonsoir Marie-Ève. Merci pour votre commentaire et merci de nous avoir lu.

      Bien sûr qu’on peut rire Marie-Ève. Nous croyons cependant qu’il y a une bonne façon de le faire et qu’il faut faire attention entre humour et stigmatisation.

      De faire référence à la maladie mentale pour expliquer des comportements questionnables de personnalités publiques n’est pas de l’autodérision mais plutôt un préjugé qui part d’une fausse croyance.

  2. Hello! Je suis tout à fait d’accord avec ton analyse. Beaucoup de gens ne font pas la différence entre le contenu du sketch et la réalité, ce qui peut amener certains à minimiser maladies ou syndromes. Dans mon cas, il s’agit du burn out, j’entends pas mal de gens rire de ce terme en le mettant à toutes les sauces et ça me pince le coeur à chaque fois. Dans mon pays il y a même eu une publicité qui tournait le burn out en dérision. Pour moi ce genre d’humour ne fait que mettre un couvercle sur des problèmes societaux.

    1. Bonjour Vanessa, merci pour votre commentaire et de nous avoir lu. ? Je partage votre avis à 100%.

      Pour enrayer la stigmatisation, il faut changer nos façons d’aborder la maladie mentale. Nous avons beaucoup de travail à faire encore mais ça en vaut la peine.

  3. Merci ? pour ton mot !
    Moi j’ai vu cet attention face aux faits qu’ils faisaient le lien avec la maladie mentale !
    C’est vrai qu’en psychologie sociale, cet émission a une importance comme stimuli aux spectateurs !
    Mais avant tout chaque être doit faire attention à sa santé mentale !
    J’ai davantage apprécié les coulisses du Bye Bye
    Ainsi qu’Infoman
    Et à l’année prochaine ! (…la populaire émission radiophonique À la semaine prochaine nous revient pour une neuvième émission de fin d’année. Parodies, imitations, chansons et nouvelles sont au menu de cette émission tournée au Club Soda le 19 décembre dernier. http://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/a-la-semaine-prochaine )
    Oui il faut faire attention à sa santé mentale par le rire ?

  4. Je ne croi pas que mes comentaire meritais detre suprimer car elle n’exprimais que des fait et une opinion les seul blesser etais les proff de francais avec mon texte san faute ?

    1. Votre commentaire initial méritait d’être supprimé car il était une attaque personnelle et méchante. Pas une opinion. Rien avoir avec votre niveau de Français.

      Le manque de respect je ne tolère pas. Si vous avez des points constructifs à apporter, il me fera plaisir d’afficher vos commentaires.

  5. Très bon article, malheureusement nécessaire. Le Bye Bye est tombé bien bas.
    L’humour dIinfoman, mais aussi de Air Farce en anglais, est bien plus intelligent et ne s’attaque pas à des groupes déjà marginalisés et stigmatisés (à ce sujet voir cet article en anglais de mars 2017: Study: People with mental illness face stigma as potential sexual and romantic partners: http://www.psypost.org/2017/03/study-people-mental-illness-face-stigma-potential-sexual-romantic-partners-48600).

    En France, une émission a reçus une mise en garde du CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) pour du contenu stigmatisant envers les personnes ayant des troubles mentaux: https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/fort-boyard-le-csa-denonce-une-stigmatisation-des-troubles-psys_2368951.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *