Hello World!

Hello World, 

aujourd’hui je fais mon “‘coming out ” officiel au monde entier. La santé mentale est trop taboue et c’est difficile d’en parler. En parler réellement je veux dire! Oui il y a de plus en plus de sensibilisation et la santé mentale est maintenant une cause reconnue, MAIS qu’en est-il dans NOS vies concrètement? À la télé on fait la promotion de campagnes de sensibilisation mais

les médias ne sont pas prêts à mettre beaucoup d’énergie et de temps pour que ces campagnes fonctionnent bien. Dans nos milieux de travail, il y a de plus en plus de programmes d’aide aux employés. Les dirigeants se rendent compte que leurs travailleurs accumulent les arrêts à cause de leurs états de santé mentale, mais lorsqu’une personne a besoin de soutien réel, tout le monde disparaît. On a beau savoir que les maladies mentales existent mais pour une raison ou une autre, tout le monde juge. Vous comprendrez donc que c’est difficile d’en parler et c’est pourquoi je vous dis:

Hello World! J’ai une maladie mentale et oui je veux les briser les tabous!



Mon nom est Emélie Hébert Poulin et voici mon histoire :

Je suis née le 2 octobre 1986 . Je viens d’une petite ville appelée Lachute où j’ai grandi avec mes parents et mes deux frères. Depuis que je suis enfant, j’ai toujours eu extrêmement peur de vomir et j’étais anxieuse, mais je ne savais pas pourquoi. Je n’avais aucune idée que ma peur avait un nom et même si ce n’était pas facile d’avoir cette peur, j’ai eu une enfance heureuse et plutôt normale.

Au fil du temps mon émétophobie prenait de plus en plus de place. Un peu comme un parasite, ou mieux encore, comme de la visite qui ne veut jamais  « décoller »! Vous savez de quoi je parle, right? J’ai donc développé un trouble d’anxiété généralisée. Je devais parfois m’absenter du travail pour de courtes périodes, car l’anxiété était plus présente à certains moments, mais j’avais une vie!

En janvier 2013 tout a changé! Je me suis réveillée un matin et j’avais tellement mal au coeur que je ne pouvais ni manger, ni boire et j’ai eu ma première crise de panique. Oh boy! Je pensais que j’allais, et je voulais, mourir! J’étais complètement terrifiée. Je savais que quelque chose n’était pas normal, mais je ne savais pas quoi. Je le sentais dans mes tripes! Peu importe ce que je faisais, peu importe le nombre de médecins que je consultais, personne ne savait ce qui m’arrivait (et le pire) ni comment m’aider. Malheureusement, à chaque jour ma situation empirait.

Environ 6 mois plus tard, toujours incapable de manger, de boire, de sortir de chez moi et en ayant des crises de panique à chaque jour, mon médecin a découvert que j’avais une gastrite sévère. J’ai immédiatement commencé le traitement, mais les dommages sur ma santé mentale étaient bien ancrés. Non seulement ma phobie de vomir et mon anxiété ont empiré mais j’ai également développé un trouble panique et un trouble alimentaire. Laissez-moi vous dire que tout ça ensemble, c’est VRAIMENT pas une bonne combinaison!


Visages de la Santé Mentale : Août 2013 à Août 2014. Poids perdu : +/- 150 lbs


De 2013 à février 2015 je cognais à TOUTES les portes avec l’espoir de trouver de l’aide, mais le système de santé étant ce qu’il est, (je vous reparlerai de mes  «mésaventures » avec le système dans d’autres billets: J’en ai long à dire!) je ne trouvais rien de concret. J’étais vraiment découragée! À ce point j’avais perdu presque 150 lbs. Je ne pouvais plus travailler ni avoir une vie normale. Je passais tout mon temps sur mon sofa, absolument pétrifiée à l’idée de vomir.

Ma condition physique était lamentable au point que j’avais de la difficulté à me rendre dans une autre pièce de la maison. Mon pouls augmentait drastiquement au moindre effort, car j’étais déshydratée. J’ai souvent pensé au suicide, car je sentais que je ne trouverais jamais d’aide. J’avais plus d’espoir du tout et j’étais convaincue que je vivrais comme ça pour toujours. La chose surprenante dans tout ça c’est que malgré tout, je refusais catégoriquement de laisser ma maladie gagner et je n’ai jamais arrêté de chercher des solutions. Je voulais me battre même si je n’avais pas d’espoir et même si je priais souvent de mourir dans mon sommeil. JE N’AI JAMAIS ABANDONNÉ!

En février 2015 je suis allé dans une clinique spécialisée en troubles alimentaires. Même si mon anorexie était une conséquence de ma maladie, et non la cause, je devais absolument apprendre à m’alimenter à nouveau. De plus, étant donné que je n’arrivais pas à trouver d’aide nulle part ailleurs, j’ai pris une chance. Un moment donné on a plus rien à perdre! Heureusement la clinique m’a beaucoup aidé et j’ai commencé peu à peu, à avoir de l’espoir à nouveau. J’ai continué à faire des recherches, BEAUCOUP de recherches. Je dois quasiment être une encyclopédie concernant la santé mentale aujourd’hui tellement que j’ai cherché!

En date d’aujourd’hui même si j’ai encore du chemin à faire avant d’être fonctionnelle à 100%, le chemin que j’ai parcouru est ÉNORME! Des défis, j’en ai tous les jours. C’est loin d’être facile, mais je ne suis plus enfermée chez moi, assise sur mon sofa complètement pétrifiée. Je mange, je bois et j’ai repris du poids; un peu trop même! (lol) Je revois mes ami(e)s à une fréquence acceptable et je me redécouvre. Je suis redevenue MOI et maintenant que je suis au volant de ma machine en grande partie, (la maladie essaie fort de reprendre le contrôle. Encore!) je veux faire LA différence. Je veux partager mon parcours, mes défis et les connaissances que j’ai acquises pour que la santé mentale devienne tout aussi importante que la santé physique.

Je veux que la personne qui est aussi enfermée, terrifiée, découragée et épuisée comme je l’ai été n’ait pas à se débattre pour trouver de l’aide. Je veux que les ressources soient faciles d’accès. Je veux que, pendant que cette personne cherche de l’aide, elle arrive à prendre du mieux au travers des outils, des articles et des trucs que je publierai. Mais par dessus TOUT, je veux qu’elle s’accroche et qu’elle sache qu’elle n’est pas seule, car MOI AUSSI j’ai une maladie mentale et je n’ai plus peur d’en parler!

Tu n’es pas seul…

Émélie

Équipe VDSM, (visages de la santé mentale) et Salon VDSM pour la santé mentale. Émélie Hébert Poulin

content

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *