50 ressouces pour la prévention du suicide. Ne restez pas seul!

Selon l’organisation mondiale en santé ( OMS ), à chaque 40 secondes 1 personne s’enlève la vie. Chez les jeunes de 15 à 29 ans, le suicide est la deuxième cause de décès et on dit que pour chaque personne qui se suicide, 20 autres font une tentative. La prévention du suicide est essentielle. D’autant plus parce qu’il existe des solutions pour s’en sortir. La souffrance indescriptible, le manque de ressources ainsi que les facteurs prédisposants, sont souvent en cause lorsqu’un personne éprouve des pensées suicidaires. Ceci-dit, le processus suicidaire est réversible.

Personne n’est à l’abris d’éprouver des pensées suicidaires un jour ou l’autre. C’est pourquoi la prévention du suicide nous conserne tous. Selon l’Association québécoise de prévention du suicide, 4 éléments sont nécéssaires pour réduire considérablement le suicide : comprendre, aider, se former et s’engager.

Si vous songez présentement au suicide ou si vous vous inquiétez pour un proche, la meilleure façon de s’aider est d’en parler.

Demandez de l’aide le plus rapidement possible en communiquant avec une ressource de prévention du suicide ou de gestion de crise. Voici 50 ressources pour la prévention du suicide :

Carte de ressources par régions pour la prévention du suicide

Les centres de prévention du suicide par région

Bas-St-Laurent

  • Centre de prévention du suicide et d’intervention de crise du Bas-St-Laurent – Site web
  • Centre de prévention du suicide du KRTB – Site web

Saguenay/Lac-Saint-Jean

  • Centre de prévention du suicide 02 – Site web

Capitale-Nationale

  • Centre de prévention du suicide de Charlevoix ( point de service Baie-Saint-Paul ) – Contact : 418.435.2212
  • Centre de prévention du suicide de Porteneuf – l’Arc-en-ciel – Point de contact : 1.866.APPELLE
  • Centre de prévention du suicide de Chalevoix – Contact : 418.665.0096
  • Centre de prévention du suicide de Québec – Site web

Mauricie

  • Centre de prévention du suicide du Haut-St-Maurice – Point de contact : 1.866.APPELLE
  • Centre de prévention du suicide Centre-de-la-Mauricie/Mékinac – Site web
  • Centre de prévention du suicide : Accalmie – Contact : 1.866.277.3553

Estrie

  • Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska – Site web
  • JEVI Centre de prévention du suicide – Estrie – Site web

Montréal

Outaouais

  • Centre d’entraide 24/7 – Site web
  • Suicide détour – Point de contact : 1.866.APPELLE

Abitibi-Témiscamingue

  • Centre de prévention du suicide d’Amos – Site web
  • Centre de prévention du suicide d’Abitibi-Ouest – Point de contact : 1.866.APPELLE
  • Besoin d’aide 24/7 – Site web
  • Centre de prévention du suicide de Malartic – Contact : 819.757.6645
  • Centre de prévention du suicide de Rouyn-Noranda – Site web
  • Comité de prévention du suicide de Senneterre – Site web
  • Centre de prévention du suicide de la Vallée-de-l’or – Contact : 819.825.7159
  • Centre de prévention du suicide du Témiscamingue – Site web

Côte-Nord

  • Centre de prévention du suicide Côte-Nord – Site web

Nord-du-Québec

  • Comité de prévention du suicide de Lebel-sur-Quévillon – Point de contact : 1.866.APPELLE

Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine

  • Centre de prévention du suicide et d’intervention de crise du Bas-St-Laurent ( pour Gaspésie-les-Îles ) – Contact : 418.724.4337
  • Ligne de prévention du suicide Gaspésie-les-Îles – Point de contact : 1.866.APPELLE

Chaudière-Appalaches

  • Service téléphonique régional de crise Urgence-Détresse – Point de contact : 1.866.APPELLE
  • Centre d’écoute et de prévention du suicide Beauce-Etchemins – Site web

Laval

  • L’Ilot – service régional de crise de Laval – Point de contact : 1.866.APPELLE

Lanaudière

  • Centre de prévention du suicide de Lanaudière – Site web

Laurentides

  • Centre de prévention du suicide le Faubourg – Site web

Montérégie

  • La Maison sous les arbres – Site web
  • L’Accès – Contact : 450.679.8689
  • Centre de crise et de prévention du suicide La Traversée – Site web
  • Contact Richelieu-Yamaska – Site web
  • Centre de crise et de prévention du suicide du Haut-Richelieu-Rouville – Site web
  • Le Tournant – Centre de crise et de prévention du suicide – Site web

Centre-du-Québec

  • Centre d’écoute et de prévention du suicide de Drummond – Site web
  • Centre de prévention du suicide : Accalmie – Contact : 819.379.9238
  • Centre de prévention du suicide Arthabaska-Érable – Site web

Les principaux mythes liés au suicide

Les principaux mythes associés au suicide

Trop souvent, les personnes ayant des pensées suicidaires voir même un risque de passage à l’acte élevé, n’osent pas demander d’aide en raison d’idées préconsues. La peur du jugement et d’être perçu comme étant faible met un frein à l’appel à l’aide et ce, encore plus chez les hommes. C’est donc pourquoi, avant de pursuivre l’énumération de ressources, nous croyons qu’il est important de briser quelques mythes reliés au suicide.

1 – Les personnes qui parlent de leurs idées suicidaires le font dans le but d’attirer l’attention.

Il faut toujours prendre les menaces de suicide au sérieux ; elles sont toujours des appels à l’aide et l’expression d’une souffrance réelle. On doit aussi faire attention aux menaces à répétition et à celles qui s’étendent sur une longue période de temps. La répétition du message peut avoir l’effet de l’homme qui criait au loup, c’est-à-dire de désensibiliser l’entourage face à l’importance de la situation. Quant à l’impression d’être manipulé, ce sentiment peut refléter l’état intérieur de la personne qui reçoit le message et non l’intention consciente de la personne en détresse.

On doit demeurer vigilant face à tout comportement suicidaire car si la personne ne perçoit pas de changement à sa situation, son désespoir risque de s’accroître et elle peut adopter des conduites de plus en plus dangereuses.

Réf : Centre de crise BSL

2 – Les personnes suicidaires souffrent toutes de maladies mentales.

Les personnes qui veulent s’enlever la vie ne souffrent pas toutes de maladie mentale et les personnes souffrant de maladie mentale ne sont pas nécessairement suicidaires. La personne suicidaire peut être sous le coup d’un trouble émotif temporaire ou ne voit aucun espoir pour se sortir d’une situation difficile mais cela ne fait pas d’elle une personne atteinte de maladie mentale.

Réf : Psychomedia

3 – Le suicide est un choix alors il ne sert à rien d’intervenir.

La majorité des personnes qui pense au suicide ne sont pas sures de vouloir mourir. L’ambivalence est une caractéristique fréquente chez les personnes suicidaires, entre l’appel à la mort et le désir de vivre autrement. La plupart ne veulent pas mourir, mais simplement échapper à leur situation insupportable, elles veulent mettre un terme à leurs souffrances, et non à leur vie.

Réf : Prévention suicide

4 – Le suicide est imprévisible la prévention a donc peu d’impact.

En général, les gens connaissent et/ou reconnaissent peu les signes précurseurs d’un comportement suicidaire. Or, le suicide est l’aboutissement d’un processus au cours duquel la personne donne des signes de sa détresse et de son intention suicidaire. Encore une fois, la reconnaissance rapide de ces signes et du processus suicidaire s’avère un élément déterminant dans la prévention du suicide.

Réf : Avant de craquer

5 – Les personnes suicidaires ont toujours l’air tristes ou déprimées.

Bien que la personne suicidaire soit la plupart du temps en période dépressive, toutes ne présentent pas nécessairement des signes de dépression. Au contraire, certaines personnes paraissent dures et insensibles alors que d’autres sont de bonne humeur et très actives. Il faut faire attention, car ces comportements peuvent servir à cacher une grande tristesse et des pensées suicidaires.

Réf : Aide Université Laval

6 – Les personnes suicidaires sont lâches ou courageuses.

Quand on pense au courage et à la lâcheté, on pense en matière de choix et l’on projette notre propre conception du suicide sur l’autre. Or, une personne ne se suicide pas par choix, mais par manque de choix. La personne suicidaire n’y voit là ni courage, ni lâcheté: sa vie lui est insupportable, elle a atteint sa limite de tolérance face à sa souffrance et elle ne voit plus d’autres façons d’arrêter de souffrir.

Réf : Aide Université Laval

Téléphone rouge pour des lignes d'écoute et de support de la prévention du suicide

Les ressources d’écoute et d’entraide

Site internet pour s'informer sur la prévention du suicide

Les sites pour s’informer et comprendre

  • Association québécoise de prévention du suicide – Site web
  • Comment parler du suicide – Site web
  • Service canadien de prévention du suicide – Site web
  • Avant de craquer – Site web

Comment évaluer la détresse et le risque suicidaire d'un proche

Comment évaluer le risque de passage à l’acte d’un proche

Déterminer l’ampleur du risque de passage à l’acte et l’urgence d’agir n’est pas une chose simple. Pourtant en connaissant les signes, les facteurs prédisposants et les facteurs contribuants, la prévention du suicide devient plus claire. Les professionnels évaluent le risque en utilisant les 7 marqueurs suivants :

  1. Déterminer si la personne a un plan en lui posant directement la question.
  2. Savoir si la personne a déjà fait une tentative de suicide par le passé.
  3. Tenter de savoir si la personne a toujours l’espoir de s’en sortir ou si elle ne croit en aucune solution.
  4. Vérifier si la personne consomme des substances telles que l’alcool, de la drogue ou si elle augmente sa médication sans l’approbation d’un médecin.
  5. Évaluer la capacité à s’auto-contrôler ou le degré de son impulsivité.
  6. La personne a-t-elle un bon réseau social ou est-elle isolée.
  7. La personne a-t-elle une bonne capacité à prendre soin de soi et a-t-elle conservée une bonne hygiène de vie.

En tenant compte de ces points, il sera plus facile pour vous de savoir à quoi vous en tenir et surtout, comment intervenir auprès de votre proche.

En conclusion nous mettons l’emphase sur le fait qu’il est possible de s’en sortir. Ne restez pas seul avec vos souffrances et accrochez-vous. Le suicide n’est pas la solution. Parlez, demandez de l’aide et surtout, choissez la vie. Si vous avez besoin d’aide pour vous ou pour un de vos proches, contactez le 1 866 APPELLE (277 3553) et votre appel sera automatiquement acheminé à la ressource de votre région.

Aidez-nous à prévenir le suicide en partageant cet article!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *